Vive-Les-Seniors pour une santé durable !

GRIPPE – Grippe sous contrôle

GRIPPE – Grippe sous contrôle

Elle est une maladie infectieuse, fréquente, causée par un virus

Il touche essentiellement les voies respiratoires supérieures (nez, gorge, bronches), plus rarement les poumons. Il survient vient en général entre novembre et avril dans les régions tempérées (hémisphère nord) ! Il prend au dépourvu, en l’espace de quelques heures et dure, s’il n’y a pas de complications, environ 1 semaine.

 Un sujet fragilisé par l’âge et/ou par une maladie chronique (diabète, insuffisance cardiaque, problèmes respiratoires…), doit être conscient de la gravité potentielle d’une simple grippe : dans son cas, le risque de complications sévères augmente et ….la sévérité de la grippe vient à son tour déstabiliser son état de santé déjà précaire.

Première alerte, le frisson ressenti au moment où monsieur microbe s’installe dans l’organisme. -Frisson à distinguer du grelottement, -contractions musculaires « réflexe », répétées, destinées à maintenir la température centrale de l’organisme à 37 degrés-. Il faut réagir aussi vite que possible car les autres symptômes n’apparaissent que de 1 à 4 jours après cette alerte de contamination : douleurs musculaires ou courbatures, maux de tête, grande fatigue, signaux respiratoires (rhinite, toux sèche, gorge irritée) et…., fièvre, -pas systématiquement-. Ils traduisent la réaction du corps qui lutte pour éradiquer le virus et les mucosités qu’il produit, travail d’autant plus laborieux que l’intelligence microbienne se joue de ses efforts en mutant et évoluant chaque année.  

Prévention 

Attention : devant la vitesse de réplication du microbe, réduire la fréquentation des lieux publics, où ils se propagent à loisir.

La vaccination reste la meilleure arme pour se prémunir. La recommandation vaccinale concerne aussi les proches et le personnel soignant, invités à respecter également et scrupuleusement les gestes barrières (les mêmes que pour le coronavirus). Même si le vaccin n’est pas efficace à 100 % puisque le virus de la grippe est instable, ses bénéfices sont tangibles, d’autant plus chez le senior dont le système immunitaire est affaibli. 

Le Dr Lebreton, gériatre, insiste : « Pour moi c’est une priorité, je fais vacciner tous mes patients contre la grippe mes -jeunes vieux- comme les plus âgés ! Les résultats sont là : j’ai peu de grippes et dans le cas d’une grippe j’ordonne des antibiotiques s’il y a surinfection ».

Tous les ans, un nouveau vaccin adapté à la souche circulante est développé. La vaccination contre la grippe se fait en une seule injection, chaque année. Il faut environ 2 semaines après le vaccin pour être protégé.


Le lourd tribut des seniors 

Sur les 2,5 millions de cas environ, recensés chaque année en France -réf. Santé Publique France-, les formes graves sont le plus souvent le tribut des seniors. La grippe dégrade son état général déjà fragile : plane alors la menace de la surinfection qui va trop souvent et cruellement jusqu’à engager son pronostic vital.

 L’augmentation du nombre de passages aux urgences pour symptômes grippaux chez les personnes âgées est notable -aujourd’hui, environ deux tiers des plus de 65 ans- et les épidémies de grippe progressent partout dans l’Hexagone.

« Un quart des plus de 80 ans hospitalisés pour une grippe décèdent dans les trois mois. Parmi les autres, un tiers acquiert une dépendance fonctionnelle, par exemple la perte de capacité à se lever seul de son lit, ou à se laver sans aide » .selon le Pr Gavaz

 

Pourquoi l’hiver fait bon ménage avec la grippe

Bien sûr, il est possible d’attraper un rhume en entrant dans une salle sur-climatisée alors qu’il fait 28 degrés à l’extérieur ! Mais les virus de la grippe prolifèrent plus facilement par air sec et froid, l’hiver, et nos défenses, déjà préoccupées par la lutte contre le froid, peinent à réagir sur 2 fronts à la fois. Joue aussi la durée du jour écourtée, qui fait diminuer notre taux de mélanine et par ricochet notre réserve en vitamine D. S’ajoute le fait que l’on passe plus de temps à l’intérieur, fenêtres fermées : la promiscuité favorise la transmission du virus à qui partage le même air. 

 

Remèdes 

Les antibiotiques qui n’ont pas d’efficacité contre la grippe, d’origine virale, sont en revanche prescrits en cas de surinfection bactérienne -par exemple une pneumonie-. Chez les personnes âgées, plus sujettes aux troubles du rythme cardiaque, les médicaments contenant des vasoconstricteurs sont déconseillés ainsi que certains sirops antitussifs contenant des molécules addictives, -comme la codéine-, qui peuvent gêner la déglutition.

Le grand classique reste le paracétamol destiné à faire tomber la fièvre, à calmer douleurs et courbatures. (Ne pas dépasser 2 à 3 grammes par jour chez un senior). Le médecin fait parfois appel à un traitement antiviral spécifique quand la durée de la maladie et la sévérité des symptômes deviennent préoccupants.

Consignes à respecter : s’hydrater abondamment -l’eau est bonne pour ce qu’elle apporte et, dans le cas de la grippe, pour ce qu’elle emporte-. Pratiquer à l’évidence le repos : “L’amour c’est comme la grippe, ça s’attrape dans la rue et ça finit au lit.” Maintenir l’équilibre de la flore intestinale au niveau de laquelle s’effectue la synthèse des anticorps assurant la défense des voies respiratoires en adoptant une alimentation riche en crudités variées à chaque repas. S’appliquer à gérer son stress et ses insomnies. Accessoirement, prendre de la vitamine C pour se « requinquer». 

 

Recours aux plantes

 

Infusions et tisanes

Les boissons chaudes, sucrées au miel, sont connues pour être efficace dans le cas de la grippe ; en favorisant la salivation, elles soulagent le mal de gorge -des études scientifiques ont montré que le miel, sans avoir d’effets secondaires indésirables, est plus efficace sur la toux et le rhume que les traitements standard. En outre, boire chaud inciterait le corps à sécréter des substances anesthésiantes.

Les boissons chaudes comme certaines infusions ou tisanes ont des effets efficaces pour lutter contre la grippe : 

INFUSIONS (3mn d’infusion, après ébullition)

-Ail (1 petite gousse en morceaux très fins), et oignon (1/2 oignon coupé en lamelles) : faire bouillir 250 ml d’eau, baisser le feu, ajouter ail et oignon (3mn d’infusion après ébullition). Laisser le tout reposer et boire une demi-tasse par petites gorgées. Répéter 2 fois par jour.

-Citron/gingembre : 2 tranches de gingembre et un zest de citron pour 250 ml d’eau (3mn d’infusion après ébullition).

TISANES (10 à 15 mn d’infusion, après ébullition)

-Citron, gingembre, thym : faire bouillir 250 ml d’eau avec du citron en jus (1 cuillère à soupe), un zeste de gingembre et quelques brins de thym ; (15 mn d’infusion, après ébullition) ; ajouter du miel ; boire lentement, répéter plusieurs fois par jour. 

-Basilic (2 ou 3 branches coupées au ciseau) et 1 clou de girofle, dans 250 ml d’eau ;  (15 mn d’infusion, après ébullition)

 

Certaines épices -à ajouter dans ses mets- savent aussi lutter contre le virus, revitaliser l’organisme, accélérer la guérison : la cannelle légèrement immuno stimulante et antivirale peut, au même titre que le poivre, augmenter la résistance au froid. En cuisine aussi, le parfum puissant du clou de girofle dégage le nez ; il est aussi antiseptique et ses molécules antalgiques calment le mal de gorge.

Et voici, tirée du livre du docteur Henri Puget :« Mes remèdes de grand-mère» une recette originale ! Faire bouillir de l’eau, en remplir 1/2 verre et 1 cuillère à café de rhum, diluer l’ensemble ; y ajouter 3 clous de girofle ; d’autre part faire rougir sur une flamme un clou en fer d’environ 3cm de long. Quand le clou est rouge, le prendre délicatement avec une pince à linge et le plonger dans le liquide. Attendre le pschiiit et boire le mélange lentement en retenant entre les dents le clou de girofle pour ne pas l’avaler.

 

Inhalations et huiles essentielles.

Les inhalations : à base d’huiles essentielles spécifiques, qu’elles soient humides ou sèches, les inhalations cumulent les actions anti-grippales : décongestion et assainissement des tissus, réhydratation des muqueuses respiratoires asséchées, action anti-inflammatoire…

L’inhalation humide consiste à inhaler des vapeurs chaudes chargées d’huiles essentielles. Les molécules aromatiques pénètrent ainsi facilement dans les fosses nasales, les sinus et les bronches. 

Mode opératoire : retirer ses lunettes ou lentilles ! Ajouter quelques gouttes d’huiles essentielles (HE) dans un inhalateur garni d’eau bouillie ou un bol d’eau frémissante, posés à plat. Patienter 2 à 3 minutes, se pencher, nez dans l’inhalateur ou au-dessus du bol, (une serviette sur la tête), de façon à respirer un maximum de vapeur. Fermer les yeux pour les protéger. Maintenir la position pendant une dizaine de minutes. Répéter l’opération 2 à 3 fois par jour. Après une inhalation humide, attendre une demi-heure avant de sortir car la dilatation des muqueuses exposant à la pollution facilite l’entrée des microbes. 

 

 

Principales Huiles Essentielles anti-grippales : pin, menthe poivrée, eucalyptus radié, marjolaine, niaouli, lavande fine, marjolaine, myrte verte, tea tree, ravintsara .  

Recette en cas de simple rhum, ou nez bouché : 3 gouttes d’HE d’eucalyptus radié -décongestionne les voies aériennes supérieures et facilite la respiration-, + 2 gouttes d’HE de lavande fine (propriétés anti-inflammatoires), + 1 goutte d’HE de pin, + 1 goutte d’HE de niaouli, + 1 goutte d’HE de marjolaine.

Si le rhume est associé à un problème de sinus (complication la plus fréquente du rhume), ajouter 1 goutte d’HE de myrte verte et 1 goutte de menthe poivrée qui resserre la muqueuse et débouche le conduit nasal. 

Si le rhume est associé à une toux, ajouter à la première recette, 1 goutte de myrte, qui possède, au niveau du poumon, des propriétés anti-infectieuses et expectorantes.

En cas d’état grippal généralisé : ajouter 1 goutte de tea tree et/ou de ravintsara.

 

L’inhalation sèche consiste à imprégner un support de quelques gouttes d’huiles essentielles et de les respirer. Utiliser un mouchoir en papier, ou encore mieux, des sticks inhalateurs vides, à imprégner d’une ou plusieurs huiles essentielles. Respirer pendant 30 secondes, 4 à 6 fois par jour. Ce type d’inhalation peut être utilisé partout et ne nécessite pas de préparation particulière. 

On peut complémenter ces actions en diffusant au quotidien, dans la maison, l’une ou plusieurs des Huiles Essentielles précitées ! 

Login