Vive-Les-Seniors pour une santé durable !

BAVARDAGE – Bavardage entre vielles copines avec Florence, Françoise et Isabelle

BAVARDAGE – Bavardage entre vielles copines avec Florence, Françoise et Isabelle

 

Il  a suffi d’une courte conversation entre « vieilles » copines, pour décrypter leurs préoccupations communes face à certains aspects du vieillissement et à identifier les moments de grand plaisir que toutes trois s’accordent à y trouver……. à condition de :

CONTINUER À PRENDRE SOIN DE SOI, À ENTRETENIR SON IMAGE.

Même si, après 50 ans, c’est plus difficile, il faut continuer à entretenir son physique, à soigner sa peau, « son museau qui se ride », ses cheveux qui perdent de leur volume, ses ongles… « Je ne me regarde plus trop dans la glace, mais je m’entretiens ; l’esthétique ç’est important ! » 

METTRE SA SANTÉ SOUS HAUTE SURVEILLANCE

Flo, Françoise………le font, elles respectent les règles de la prévention, réagissent à la moindre défaillance. « Petits bilans gynécologiques, consultations médicales régulières, contrôle de la vue – pose d’implants ……si besoin-, contrôle de l’ouïe – appareillage si besoin-, contrôle du coeur – pose de stents pour Françoise, – rééducation pour l’apparition de vertige pour Flo ……….

Elles se méfient de la chute ! Françoise : « Si je tombe c’est fini » ! Nous lui avons donné raison tant de fois ! S’en référer à notre article :  https://vive-les-seniors.fr/attention-a-la-chute/

– Le risque de chute augmente avec l’âge. Chaque année, les chutes touchent :

  • 35 % des personnes âgées de 65 à 79 ans ;
  • 45 % des personnes de 80 à 89 ans ;
  • 55 % des personnes de plus de 90 ans.

CONSERVER DES LIENS FORTS AVEC SON ENTOURAGE

Les seniors doivent veiller à maintenir des relations sociales, amicales et/ou familiales ; en se repliant sur soi-même, on risque de sombrer dans une solitude délétère qui mène vite à la dépression. 

Camus, « Ne plus être écouté, c’est ça qui est terrible chez les vieux » !

Simone de Beauvoir exhortait aussi dans son livre « La Vieillesse » à « Briser la conspiration du silence » !

Françoise : « J’aime bien mes vieilles copines, j’aime bien aussi les plus jeunes, de l’âge de mes enfants ». Flo : « J’ai crée un lien avec ma petite fille puisque je m’en occupe depuis sa naissance ». « Mon mari et moi voyageons souvent avec le même groupe d’amis »

CONTINUER À RIRE ET À PRATIQUER L’HUMOUR 

Françoise : « Il faut être légère sinon c’est plombé ! » 

Se référer à https://vive-les-seniors.fr/rire-pour-rajeunir/

CONTINUER À AVOIR DES ACTIVITÉS, DES PROJETS TOUT LE TEMPS, MÊME SI C’EST À MOINDRE ÉCHÉANCE ! 

Flo, Françoise et les autres … avouent

-avoir des activités plus calmes, marcher mais plus lentement, bouquiner, aller cinéma, au théâtre si possible,

-avoir des projets,

-être plus contemplatives et avoir un plus grand besoin de contact avec la nature,

-profiter au maximum de l’instant présent.  

Yann Arthus-Bertrand parlait aussi de cet « instant présent » dans l’interview qu’il nous avait accordée :

 

« C’est quand même l’étape de vie la plus compliquée » déclare finalement Françoise qui, CEPENDANT, la prend du bon côté !!

« On verra » !!!

 

Sylvothérapie et besoin de nature

Sous le bruissement de leurs feuilles, les arbres seraient bienveillants et la « Sylvothérapie », pourrait même constituer une véritable thérapie contre divers affaiblissements. Venue du Japon, où elle est appelée « Shinrin Yoku » -bain de forêt-, la pratique aurait des vertus insoupçonnées, tant au niveau de notre corps que de notre mental.

Sur le plan physique, elle permettrait de renforcer le système immunitaire, de diminuer la tension artérielle, de prévenir certaines maladies. Sur le plan psychique, elle serait source de relaxation, et, d’énergie que le contact avec les arbres libère au profit de celui ou de celle qui s’y frotte. Résultat : diminution du stress et de la dépression, réduction de la fatigue, entretien des fonctions cognitives ! De plus les molécules odorantes -dont des terpènes-, émanant des arbres peuvent agir par simple inhalation sur la production de neuromédiateurs telles que la dopamine et la sérotonine, les hormones du bien‑être. Enfin la couleur dominante de la forêt, le vert, est connue en chromothérapie pour apaiser les émotions.

Bien avant que les japonais aient utilisé comme thérapie cette immersion en forêt, certains peuples tels les Amérindiens, ont développé avec la nature un rapport étroit et surtout avec les forêts les plus denses. En France, -du côté d’Arcachon, à la fin du XIXe siècle- des médecins et forestiers préconisaient déjà la balade en forêt comme une pause apaisante, notamment pour les malades atteints de tuberculose.

ATTENTION AU TREE HUGGING ! Si vous voulez aller au delà d’une simple ballade bienfaisante, avant d’enlacer des arbres, -ce fameux câlin aux arbres dit « tree hugging », – couvrez-vous de manches longues, de pantalons, de gants et jetez un oeil scrutateur sur l’écorce. Tout un écosystème y évolue. On y trouve des mousses et des lichens qui peuvent provoquer des démangeaisons. Des insectes y vivent mais aussi des chenilles processionnaires qui dégagent des poils urticants et allergènes et on y croise certaines tiques responsables de la maladie de Lyme. À proximité des arbres peuvent aussi se trouver des frelons dont la piqûre est douloureuse et dangereuse en cas d’allergie !

Éviter de faire peau de chagrin

Une peau fanée est la manifestation la plus visible du processus d’involution humaine : traître, elle est en quelque sorte le miroir de notre vieillissement et par conséquent le meilleur repère pour juger de l’âge de quelqu’un. Malheureusement, l’altération des mécanismes de la peau est inéluctable. Cet organe qui sépare la partie invisible de notre corps de sa part visible est constitué de trois couches qui combinent plusieurs rôles-barrière :

– maintien du taux d’hydratation vital de notre organisme -65% de sa constitution-

– bouclier protecteur bloquant la pénétration de micro-organismes pathogènes

obstacle aux rayons ultra-violets.

Les barrières, soumises à rudes épreuves se détériorent à mesure que le temps passe, perdent de leur imperméabilité et démissionnent progressivement de leurs rôles essentiels. La qualité du tissu cutané s’en ressent : en se déshydratant, la peau s’atrophie, perd peu à peu sa tonicité, son élasticité, sa  souplesse ; la couche cornée en revanche s’épaissit, laissant s’accumuler des cellules mortes qui paralysent le renouvellement des cellules ; la jonction derme-épidermique s’aplatit, les muscles faciaux s’affaissent.

C’est comme ça mais, on peut « rider » plus ou moins tôt :

-des facteurs intrinsèques entrent en jeu : on ne peut pas agir sur les facteurs génétiques ! Notamment  notre peau est à la merci d’un certain capital solaire dédié à la naissance de chacun(e). Plus ce capital est élevé moins vite votre peau flétrira sous le rayonnement solaire.

– des facteurs individuels influencent également le vieillissement cutané : notre mode de vie ! On peut jouer, dans une certaine mesure, sur l’apparition des rides et la faire reculer en fuyant les facteurs aggravants : stress, tabagisme, alcool (mauvaise absorption des vitamines et du zinc), drogue, excès en tous genres et …..en adoptant les bonnes conduites : régularité, en tout, sommeil et alimentation équilibrés. Malheureusement constat est fait que 14 % du budget des ménages est aujourd’hui consacré à l’alimentation pour 35 % dans les années 1960 -étude de Vincent Liegey-. On peut facilement en déduire que la malbouffe, -moins chère- a gagné du terrain en dépit son effet déplorable sur la santé et…. la beauté.

Et, OUI, l’usage régulier de crèmes cosmétiques constitue une prévention indispensable : elles protègent, le matin, contre les agressions tel le rayonnement solaire ; elles réparent, le soir de la déshydratation de la peau -acide hyaluronique, vitamine A, C, E polyphénols. À noter : l’utilisation d’un brumisateur avant la pose des crèmes va aider à dilater les pores, à stimuler la microcirculation pour entraîner une meilleure pénétration des actifs. Attention : une peau mature étant plus fine et parfois plus sensible, éviter de frotter lors du nettoyage du visage et privilégier des nettoyants doux, non abrasifs, comme les eaux micellaires, les toniques apaisants, les pains dermatologiques (ou savons sans savon) ; choisir des gommages exfoliants pour peau sèche ou sensible et réduire le rythme de leurs  applications. Sources «  Vieillir , Je, tu, il…nous » par Anne Meignien et Philippe Cramer

Roger Bacon -savant, philosophe et alchimiste anglais, s’acharnait, déjà au 13 ème siècle, à chercher un élixir de jeunesse, et, devant son impuissance à trouver le remède miracle, il fut réduit à proposer la consommation de chair de vipère -animal qui, en muant, fait régulièrement « peau neuve ». Formule qui a fait recette puisque de nos jours, des laboratoires de cosmétologie fabriquent des crèmes antirides à partir de venin de serpent !

 

Tricher quand la masse de cheveux perd sa densité

Ces fines fibres de kératine se mettent à 120 000 environ pour composer la matière la plus capricieuse et la plus vivante de la beauté, la pièce maîtresse de la séduction, la chevelure !

Après 65 ans, 32%  des femmes indiquent une diminution du volume de leur chevelure

Après 70 ans, la résistance des cheveux diminue de 18% et leur porosité est augmentée de 50%. 

Cette matière noble montre, elle aussi de sérieuses défaillances avec l’âge : au fil du temps, les follicules pileux réduisent leur activité, le cycle de vie du cheveu est ralenti et la repousse est plus lente. Le vieillissement capillaire s’installe : les cheveux deviennent plus fragiles, plus secs, plus fins, plus ternes, plus mous, plus difficiles à coiffer car ils perdent de leur densité. Des cheveux blancs s’invitent dans la chevelure car les cellules responsables de la pigmentation des cheveux, -les mélanocytes- sécrètent de moins en moins de  pigment. 

Tous les cheveux sont touchés ceux des hommes, ceux des femmes mais tous ne meurent pas, sauf dans le cas de la calvitie, plus masculine et très pénalisante pour la virilité. Les femmes se préoccupent plus de leurs cheveux clairsemés et blancs.  

Des conseils : éviter le soleil et la pollution, les shampooings fréquents et les brossages sans retenue, les agressions thermiques, -séchoirs, produits chimiques, coloration et décoloration-. 

Adaptez votre coiffure au volume du cheveu : nous y reviendrons très bientôt avec les précieux conseils d’un coiffeur de talent !

 

NOUS PROFITONS DE CET ARTICLE POUR VOUS RAPPELER NOTRE CONCOURS D’AUTOBIOGRAPHIES : racontez-vous votre propre histoire, écrivez-la et ajoutez des photos ; rappelez-vous tout ce que vous avez fait, rappelez-vous de vos amis, parents, grand-parents, laissez une trace de vous à vos petits-enfants !  

Ne laissez pas vos souvenirs se réduire en cendres : « En Afrique, un vieillard qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle » Amadou Hampaté Bâ

 

RENDEZ PLUS BELLE VOTRE VIE SENIOR !

Puisqu’on pense à vous,

à vos petits tracas et à vos gros soucis,

venez à nous pour améliorer votre quotidien :

nos conseils santé, nos conseils beauté, 

bien-être et activités physiques sont sur 

NOTRE SITE VIVE-LES-SENIORS.FR

TOUT BEAU, TOUT RÉNOVÉ, TOUT

DYNAMIQUE, TOUT SIMPLIFIÉ 

Login