Vive-Les-Seniors pour une santé durable !

MAMY – Mamy superstar

MAMY – Mamy superstar

La société les néglige, les petits-enfants les respecte, les admire et les aime ! 

On célèbre ce dimanche 5 mars leur fête, l’occasion de constater combien les grand-mères comptent pour eux. 

La fête des grand-mères n’a aucune connotation ni historique ni religieuse ; elle est née plutôt « commerciale » puisque c’est la célèbre marque Grand’Mère, -de l’industrie agroalimentaire- qui lui donne le jour en 1987 ; peu à peu elle entre dans les coutumes et les grand-mères ne se plaignent pas d’être mises à l’honneur et de recevoir à cette occasion les preuves d’amour de leurs petits-enfants.

Conseils aux parents : inciter leurs enfants à marquer ce jour-là par un témoignage d’amour à leur mamie -petits mots, dessins..- !

 

Vous trouverez ci-après l’interview de Catherine Gobbi, une super grand-mère :

 

 

L’ HISTOIRE DE MAMIE, SON PLUS BEAU CADEAU !

C’est elle qui transmet en même temps que son histoire, l' »histoire de famille ». Elle est le point de repère qui indique à l’enfant qu’il est issu de quelque part, d’une succession de générations ; son identité face à la société se construit autour de cet ancrage. C’est en grande partie grâce à la relation inter-générationnelle -grands-parents, oncles, tantes, cousins-, qu’il entrevoit, dès l’âge de 3-4 ans, la notion de passé et d’avenir.

Conseil : un zest de révision de l’arbre généalogique, photos à l’appui, pour une initiation ludique à la connaissance de la lignée, de la « grande famille » ! 

“Les oncles, les tantes et les cousins, c’est bien. Les parents, c’est à ne pas négliger. Mais une grand-mère les vaut tous !”  Fanny Fern 

 

DU BONHEUR D’ÊTRE GRAND-MÉRE

Elle a des cheveux gris, des douleurs arthrosiques partout, dos, mains, hanches…., pourtant elle ressent le passage de mère à grand-mère comme une re naissance, une injection de  jeunesse. Tout le temps passé avec cette petite marmaille innocente, c’est comme une cure de jouvence pour les nouvelles « mamie » qui ont la chance de le rester beaucoup plus longtemps qu’avant puisqu’elles vivent plus longtemps –

8,9 millions de grand-mères pour 6,2 millions d’hommes  : il est plus fréquent de connaître sa grand-mères que son grands-père, les premières vivant plus longtemps et étant en moyenne plus jeunes que leur conjoint.  À noter : c’est 2,5 millions de plus qu’au début des années 2000, à cause du vieillissement des générations du « baby boom » et à l’allongement de la durée de la vie.

 

ELLES FONT LE BONHEUR DES PETITS-ENFANTS  

Ils adorent savoir comment c’était avant : le passé, qui leur apparaît comme un rêve, développe leur imaginaire. Ils sont pareillement conquis par toutes les petites histoires, anecdotes, situations rocambolesques que mamie raconte avec malice : ils rient beaucoup avec elle, qui, dégagée de la responsabilité « éducation », est parfaitement décontractée. Elle est comme un livre ouvert sur un pays magique où tout est source de découverte et de nouveauté : ils aiment d’emblée ce qui ne ressemble pas à leur quotidien. Elle leur paraît venir d’une autre monde.

Conseil : après avoir conté ses fabuleuses histoires, laisser la parole aux petits-enfants : ils vont être fiers de raconter leurs journées, de parler de leurs joies et de leurs peines. 

“Il n’y a rien de tel pour vous donner du génie que d’avoir un oncle cinglé ou une grand-mère sinoque.” Raymond Queneau 

 

ELLES FONT LE BONHEUR DES PARENTS  

Les mamies passent beaucoup de temps avec leurs petits-enfant, n’en déplaise aux enfants ! -85 % des grands-mères fournissent un service de « garde » de manière occasionnelle ou pendant les vacances ; 38 % l’assurent de manière hebdomadaire-. 

Le recours classique à la garde des tout-petits par les grands-parents est souvent un impératif. Puis durant la petite enfance et les années d’école primaire, le fractionnement du temps de travail a rendu nécessaire toute une panoplie de modes de garde. Grand-mère est souvent visée !! Elle se charge des gardes inopinées, des gardes en soirée, parfois de la récupération des enfants à la sortie de l’école, d’une visite médicale….

Les vacances scolaires reviennent plus vite que celles des parents salariés : là aussi les grands-parents sont tout désignés pour héberger les enfants pendant certaines de ces périodes.  

Conseil : bien doser les ressources physiques que l’on a pour ne pas s’épuiser avec des bouts de chou turbulents et ne pas remplacer la fonction de « nounou » !

 

BONHEUR DE GRAND-MÉRE ET DES PETITS-ENFANTS

Il semblerait que la grand-mère aime autant offrir que les enfants aiment recevoir leurs cadeaux. Ça tombe bien, l’aisance pécuniaire des femmes -désormais souvent salariées- a augmenté en raison de leur accès à la retraite et du double salariat -elles ne sont plus dépendantes de leur mari-. Des cadeaux pour les petits, on passe vite aux cadeaux pour les grands « petits-enfants », car la grand-mère a aujourd’hui largement le temps de voir grandir ses petits-enfants. Elle puise alors volontiers dans ses ressources pour investir dans l’avenir de leur descendance et pallier leurs difficultés pécuniaires durant leurs études, en attendant leur indépendance financière.

Conseil : ne pas habituer les petits-enfants au cadeau systématique ; quand c’est une surprise c’est plus excitant. Ne pas non plus leur donner la notion du coût du cadeau, conserver un peu le tabou du rapport à l’argent, mais connaître leur goût pour offrir quelque chose qui sera séduisant à leurs yeux ; éviter les tablettes de jeux video : ils en ont sûrement déjà beaucoup trop !

 

GRAND-MÉRE CONCILIATRICE, CONSOLATRICE

Tout va si vite aujourd’hui ! La grand-mère va moins vite mais elle est garante de stabilité ; du haut de ses nombreuses années, elle a appris à relativiser, à ne pas être dans le jugement ; et ça arrange plus d’un adolescent qui va confesser auprès d’elle ses chagrins et ses conflits -avec ses parents, notamment-. Le soutien affectif de grand-mère leur est un puissant allié ; et mamie, qui n’a plus rien à prouver, ni à démontrer sait parfaitement jouer la médiatrice. Les bêtises, elle connaît, les erreurs des parents, elle connaît aussi. Ils ont 100% tort chacun, elle le sait aussi !!! Mais elle sait écouter, compatir, apaiser. 

Conseil : ne donner tort à personne, analyser la situation avec indulgence, faire valoir les points positifs, puis consoler, rassurer les plus faibles.  

“Ma grand-mère a farci des dindes, des crabes et des choux. Elle a nettoyé des murs, des plafonds et les fesses des petits garçons. Elle a posé du papier peint, réparé des bicyclettes et des horloges, et a pansé mille et une blessures.” Ray Bradbury 

 

QUI CHOISIT LE SURNOM DE GRAND-MÈRE ?

 

BONNE FÊTE MAMIE

Avant qu’elle ne fonde sur nous, la vieillesse est une chose qui ne concerne que les autres. Les enfants reconnaissent en leur grand-mère les signes du vieillissement mais, comprendre qu’ils auront un jours leurs rides, c’est trop abstrait pour eux.

 

ON PEUT ÊTRE GRAND-MÊRE D’UNE GRAND-MÈRE

Dans certains cas -et c’est de moins en moins exceptionnel-, on peut être grand-mère et avoir une grand-mère ! Et, une « déjà » grand-mère se partage pendant un certain temps entre trois positions : mère, grand-mère et fille d’une mère bien-vivante.

Autre situation propre au XXI ème siècle : au moment de prendre la place d’aïeule dans la succession des générations, une femme de 50 ans n’a accompli théoriquement que les deux tiers de son parcours de vie.

 

MES GRAND-MÈRES À MOI

 

Login