Vive-Les-Seniors pour une santé durable !

DOS – Plein le Dos

DOS – Plein le Dos

MAUDIT DOS, DIT « MAL DU SIÈCLE » 

Pourquoi fait-il plus souffrir qu’avant ? 

En cause, notre mode de vie, moderne !

Nos déboires de dos auraient débuté il y a 7 millions d’années quand nous sommes passés de la quadrupédie à la position debout ! Les animaux, eux, ne souffrent ni d’arthrose ni de hernie discale car leur colonne vertébrale n’est soumise à aucune charge! Quadrupèdes, les humains équilibraient leurs forces ; comme cet arbre, leur colonne vertébrale, dont le rôle, majeur, est le soutien des viscères et des organes, avait jadis, paraît-il, la forme d’un arc de cercle ; peu à peu ils se sont servi de leurs mains pour la cueillette ou comme outils et, de ce fait, se sont petit à petit redressés sur leurs pieds ! Le poids du corps pesant plus dans cette tenue érigée, le dos a commencé à manifester des douleurs. Mais aujourd’hui bien d’autres causes du mal de dos sont à incriminer : la sédentarité, une alimentation déséquilibrée, – nos ancêtres évitaient le café, l’alcool, la viande rouge, le pain, et, surtout, le lait de vache, dont les grosses molécules se comportent comme des éléments étrangers ou anti-gènes qui peuvent provoquer des poussées inflammatoires-. Puis nous, humains abreuvés de technologie avancée, avons contracté une autre maladie, la maladie du stress : on en a ” plein le dos ” !

Dr Feltesse

Le Dr Feltesse a accepté de nous parler du dos – celui qui fait souffrir les seniors -, avec la passion qui l’anime et des années d’expérience dans plusieurs disciplines qui, toutes, ont convergé vers une intelligence du diagnostic et vers l’optimisation des traitements par leur complémentarité. Le Dr Feltesse est ancien attaché des hôpitaux de Paris en rhumatologie, diplômé en immunorhumatologie, médecin ostéopathe, – il a dirigé pendant 30 ans l’enseignement universitaire d’ostéopathie-. Puis, spécialiste en rééducation fonctionnelle, en traumatologie du sport, acupuncteur, il a ajouté l’art du toucher à sa pratique de la médecine.

La médecine n’est pas une science exacte mais un art 

Le diagnostic du dos est aussi délicat qu’important car avant de l’incriminer, il faut écarter maintes maladies qui se révèlent par des maux de dos, bien que, dans l’immense majorité des cas, -environ 90%- ils sont « communs », c’est-à-dire liés à aucune une maladie sous-jacente, potentiellement grave. Après avoir diagnostiqué les maladies dont les fantômes douloureux se manifestent dans le dos, et les avoir traitées en urgence, il faut se pencher sur l’analyse des propres faiblesses et atteintes du dos, en chercher les causes, souvent liées à de mauvaises postures. 

Peuvent se cacher derrière des maux de dos : – des cancers, -notamment des os (ou myélome), du sein, qui peut provoquer des métastases dorsales, de la prostate ou de l’utérus qui peut se manifester par des métastase lombaires.  – la souffrance d’un viscère qu’on appelle une douleur « projetée ». un problème d’origine cardiaque car le coeur est relié par des nerfs à la colonne dorsale. -des problèmes de gorge, d’yeux, d’oreilles, de pieds, qui se répercutent souvent sur les cervicales, le stress car on dort moins, on fait des cauchemars et, par ricochet, ce sont les cervicales qui trinquent.

 

Les causes des maux de dos

Pas assez de mouvement : c’est la cause essentielle du mal de dos du senior qui bouge moins : le mouvement est la manne du dos (c’est lui qui recharge en oligo-éléments les vertèbres et les muscles dont la contraction assure ce mouvement) ; interfèrent également dans les maux de dos, une alimentation déséquilibrée, une respiration désordonnée, un état de stress aux effets pervers. Le climat joue aussi son rôle : humide, il est mauvais pour les « jointures » : Hippocrate le disait ainsi : « Le rhumatisme est un influx de l’ordre d’en haut créant une imbécilité dans les jointures ». La solitude (nous en avons parlé – ref : https://vive-les-seniors.fr/la-solitude-ca-existe/ ) est aussi une gangrène de la vie contemporaine du senior : isolé, il ne sort plus, -personne pour l’accompagner, peur de chuter-, il reste devant sa télévision des heures durant et, ses vertèbres, privées de mouvement, finissent par se scléroser…

La chute, l’ennemi farouche du dos senior ; si elle provoque une fracture, elle peut être particulièrement grave. –2 fois plus de risque de fracture chez un senior que chez une personne jeune- ( ref : https://vive-les-seniors.fr/attention-a-la-chute/ ). C’est pour pallier les risques de chute qu’est pratiquée régulièrement chez les seniors une densitométrie osseuse ; si cette dernière dénonce une diminution de la densité des os, de la masse osseuse et donc de la résistance osseuse, on devra augmenter l’apport en calcium et en vitamine D, privilégier une alimentation alcalinisante, riche en minéraux. 

 

Comment traiter l’arthrose, cette empoisonneuse 

Parmi les maux de dos, s’il en est un qui semble tout spécialement dédié au senior, c’est bien l’arthrose ! 9 seniors sur 10 souffrent d’arthrose.

Au départ, l’arthrose est une usure du cartilage. La douleur de l’arthrose se manifeste lorsque des poussées inflammatoires viennent réveiller l’arthrose existante. Bien souvent, l’acteur principal de ce mal insidieux, c’est la vie moderne, un monde de compétitivité, de stress, et, de sédentarité que le Dr Feltesse met en premier chef d’accusation : le mouvement est capital pour la santé des vertèbres. Pour re insuffler le mouvement, il faut marcher chaque jour, 1/2 heure, à son rythme, c’est la règle universelle pour garder son dos en forme. – ref : https://vive-les-seniors.fr/pourquoi-vous-faire-marcher/ –

Puis, les traitements sont différents d’un individu à l’autre : on peut parler de traitements à la carte : “Ce qui compte ce n’est pas la lésion mais comment nous nous adaptons à nos lésions.” Certain(e)s patient(e)s préfèrent opter pour la  -naturopathie, phytothérapie, homéopathie- et/ou s’en remettre aux médecines douces : arpagophytum, silice organique, cassis, avocat, soja, chondroïtine sulfate….qui ne vont pas enrayer une inflammation aigüe grave ni remplacer des traitements médicamenteux, mais suffisent souvent à accompagner, sans aucun effet pervers, une douleur qui va de toute façon régresser.

Les traitements médicamenteux anti-douleur ont tous des effets secondaires, néfastes pour les reins, le foie, l’estomac ; de plus,  ils augmentent la tension ! Parmi eux :

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (Voltarène) -à prendre sur des courtes périodes, accompagnés des pansements gastriques-

Les antalgiques (doliprane ou paracétamol), -nocifs à force de prises régulières-

Les antalgiques associés à de l’opium (lamaline), calment la douleur, mais, perturbent les facultés cognitives, génèrent des vertiges donc, des risques de chute.

La cortisone est prescrite en cas grave ; elle fragilise l’os, augmente la tension et la glycémie (donc fortement déconseillée aux diabétique)

 

Finir par -algie-, c’est mauvais signe !

Bien malheureux est celui qui ressent une douleur dont le nom finit par le suffixe ” -algie ” – du grec, douleur -. La Rachialgie, signifie « douleur du rachis » ; s’utilise donc aussi pour désigner l’ensemble des douleurs du dos. On parle souvent de Dorsalgie quand elle touche les vertèbres dorsales du milieu du dos. La Cervicalgie touche la nuque et les vertèbres cervicales – troubles musculaires du cou-. La Lombalgiel’atteinte la plus fréquente et la plus douloureuse, touche les vertèbres lombaires : on l’appelle aussi  « lumbago » ou « tour de rein ».

 

L’eau, le cheval de bataille du Dr Feltesse

Thalassothérapie, natation, gymnastique aquatique, que du bonus pour la colonne dorsale. 

Les cures thermales – Molière les a portées en dérision – » Les cures font plus de cocus que de guéris”, parce que c’était surtout les femmes qui s’y rendaient. Le Dr Feltesse n’en dit que du bien : non seulement elles sont relaxantes, mais l’eau – qui possède des fonctions anti-inflammatoires – contient eu outre des oligo-éléments, -cuivre, souffre magnésium, phosphore-, qui re minéralisent les vertèbres.

La natation – brasse exclusivement – est le sport le mieux adapté pour muscler les vertèbres les plus importantes, placées derrière le dos.

L’aquagym est une excellente discipline pour retrouver la souplesse du dos, sans douleur, tout en douceur, grâce à des mouvements dans l’eau en apesanteur.

 

Le Dr Feltesse :  L’ACUPUNCTURE, du léger,  LES INTERVENTIONS, du lourd !

 

 

Grands fauteurs de trouble 

La télévision. On vieillit, souvent en solitaire, on réagit mal à ces lots du sort inéluctables et on reste parfois 12 à 14 H  allongé sur un canapé devant son grand écran ; rien de plus mauvais pour le dos, mais aussi pour le lien social indispensable, qu’on exclut peu à peu.

Internet : on ne peut plus rien faire sans passer par LUI : un enfant ou un ami en offre un ; on s’énerve parce qu’on ne maîtrise pas son langage et on reste des heures devant son écran capricieux. On devrait, toutes les 20 mn, se lever, et faire une large respiration, en bonne et due forme, et ne jamais dépasser 2 heures devant ce petit mais diabolique écran.

Abandonnez vos idées fausses 

NON, les muscles faibles ne sont pas les muscles abdominaux du ventre, -les fléchisseurs, comme on le croit, à tort – mais les muscles de l’arrière du dos, essentiels. La nage, la brasse – surtout pas le dos crawlé -, fait travailler ces muscles postérieurs, les spinaux, beaucoup plus que les abdominaux ; ce sont eux qui nous aident à nous redresser ; ils sont très importants car, en avançant en âge, on a tendance à “courber l’échine”, à se courber en avant !

OUI, les escaliers sont à éviter quand on souffre du dos !

NON, ce qui fait mal, -contrairement à ce que certains pensent-  ne fait pas de bien. Un précieux conseil du Dr Feltesse : respecter la non douleur ; adopter un mouvement adapté à votre propre rythme, ne jamais forcer !

OUI, l’arthrose peut être indolore et sur le terrain qu’est l’arthrose, ne faire souffrir qu’en cas de poussée inflammatoire : c’est l’inflammation qui est le reflet de la douleur. OUI, la poussée inflammatoire peut régresser spontanément et la souffrance disparaître.

 

Respecter les idées vraies 

OUI, le surpoids est mauvais pour le dos ; plus on pèse lourd, plus on risque une arthrose cervicale

OUI, les excès en tout genre sont plus néfastes à partir d’un certain âge

OUI, la respiration a une forte influence sur la santé du dos ! Une respiration ventrale : on gonfle le ventre, puis on souffle en le rentrant : les muscles se remplissent d’oxygène, de vie !

 

Le dos est « l’arbre de vie », un symbole puissant et très ancien, présent dans de nombreuses cultures orientales, notamment en Chine.

 

 

 

Login